Dernières actualités


 Visitez le monde entier en quelques clics grâce à des drones 
(0 commentaires)

 Miss Travel, l'incroyable site qui permet aux jolies filles de voyager gratuitement 
(0 commentaires)

 Que se passe-t-il lorsque l'on mixe les slogans des marques de publicité ? 
(0 commentaires)

 Les cinémas américains à l'abandon 
(0 commentaires)

 Un site internet pour revendre les bijoux offerts par son ex 
(0 commentaires)


Photo insolite au hasard sur tropbontropcon.net


 Plus de photos insolites ...

"C'est arrivé"


 Rencontre ratée
 Brigitte Bardot
 Au ciné
 Encore plus, sur tropbontropcon.net

bon plan sur tropbontropcon.com


 


Fonds d'écran sur tropbontropcon.com


Barque sur la Seine
 Tous les fonds d'écrans ...

Sur le forum


  Doodle : langages de programmation pour enfants
  Doodle : Il y a 131 ans naissait la perforatrice
  Doodle : Google rend hommage au Pad Thaï
  Rencontre ratée
  Pour lutter contre la grippe

La shootbox

Pseudo :

Message :


Document sans titre
Frites, fromage et sauce brune, la poutine québécoise a son premier festival

dans la rubrique : Dans l'actualité - Sur le net : Culture et Loisirs
par Gold77 le, 04-09-2008

DRUMMONDVILLE (AFP) - Par goût de l'insolite ou pour découvrir les variantes au foie gras, à la bolognaise ou à la sauce barbecue, quelque 13.000 personnes ont assisté ce week-end au premier festival de la poutine, cet étrange plat québécois à base de frites, de fromage et de sauce.

"Franchement! Je n'ai jamais attendu aussi longtemps pour une poutine", lance, amusé, Eric Prud'homme, qui a parcouru 100 km pour relier Montréal à Drummondville, ville du centre du Québec qui revendique la paternité de ce plat.

Né à la fin des années 1950, ce mélange de frites, de morceaux de cheddar frais qui crisse sous la dent et de sauce brune ressemblant à la "gravy" des Anglais, est devenu l'un des plats les plus populaires du Québec, avec le "pâté chinois", un hachis parmentier complété par du maïs, et la tourtière, une tarte à la viande et aux pommes de terre.

Les organisateurs attendaient 5.000 visiteurs pendant les deux jours du festival, mais ils ont été 13.000, aussi bien des jeunes que des personnes plus âgées.

Si bien qu'il fallait attendre entre une demi-heure et une heure pour goûter à l'une des huit déclinaisons de ce plat original.

"Je suis venu pour en essayer de nouvelles sortes. C'est définitivement l'italienne qui est la meilleure", dit Olivier Allard, en plongeant sa fourchette dans le mélange de cheddar frais, frites et sauce bolognaise.

A l'origine de ce premier festival, le groupe de rock québécois Les Trois accords, dont les chansons sont appréciées pour leurs textes absurdes.

"La poutine, c'est un +confort food+, une nourriture qui te rappelle tes racines. Quand un Québécois revient d'un voyage à l'étranger, il va tout de suite en manger une pour être sûr qu'il est de retour chez lui", dit Alexandre Parr, l'un des guitaristes du groupe.

Si bien qu'elle s'impose désormais dans certains restaurants chics, qui n'hésitent pas à troquer le "gravy" par des sauces au saumon fumé, aux anchois ou au foie gras.

"Il faut laisser aller l'imagination. L'important c'est que la sauce enrobe bien les frites", explique le chef Mario Patrie, qui, dans le fond d'une caravane embuée par la friture, a préparé les poutines de cette messe gastronomique au cours de laquelle 3,2 tonnes de pommes de terre et 850 kilos de cheddar frais ont été consommés.

Depuis quatre ans, M. Patrie enseigne la recette de la poutine au foie gras dans une école hôtelière de Drummondville.

"C'est une sauce à base d'échalotte, avec du vin rouge, un fond de veau et qui est par la suite émulsionnée avec du foie gras. Et je laisse des particules pour voir des petits morceaux" de fois gras, explique-t-il.

"Délicieuse", "très fine", "excellente" : les personnes qui goûtaient cette poutine haut de gamme ne tarissaient pas d'éloge.

Pour sa première dégustation d'une poutine, Lena Thorne, une étudiante allemande en vacances au Québec, a été tout de suite conquise: "C'est vraiment bon. Les frites et la sauce sont assez normales, c'est le fromage qui est vraiment bon", dit-elle, un large sourire aux lèvres.

Si pour cette première, seuls des restaurateurs locaux ont été invités à préparer la poutine, les prochaines éditions devraient s'ouvrir aux marmitons de l'ensemble de la province francophone, explique M. Pratt, des "Trois accords".

"On va donner une dimension nationale au festival avec toutes les sauces de toutes les villes", dit-il.

poster un commentaire Poster un commentaire

 


| Contact | © 2004-2006 tropbontropcon - Webmasters Gold77 / aNaKRoN67 - 2 visiteurs connectés - Qui est connecté ? | Page générée en 0.26 secondes.