Dernières actualités


 Visitez le monde entier en quelques clics grâce à des drones 
(0 commentaires)

 Miss Travel, l'incroyable site qui permet aux jolies filles de voyager gratuitement 
(0 commentaires)

 Que se passe-t-il lorsque l'on mixe les slogans des marques de publicité ? 
(0 commentaires)

 Les cinémas américains à l'abandon 
(0 commentaires)

 Un site internet pour revendre les bijoux offerts par son ex 
(0 commentaires)


Photo insolite au hasard sur tropbontropcon.net


 Plus de photos insolites ...

"C'est arrivé"


 Rencontre ratée
 Brigitte Bardot
 Au ciné
 Encore plus, sur tropbontropcon.net

bon plan sur tropbontropcon.com


 


Fonds d'écran sur tropbontropcon.com


Barque sur la Seine
 Tous les fonds d'écrans ...

Sur le forum


  Doodle : Il y a 132 ans naissait Léonard Tsuguharu Foujita
  Doodle : Il y a 306 ans naissait Charles-Michel de l'Épée
  Doodle : Il y a 119 ans naissait Mestre Bimba
  Doodle : message d'Arecibo il y a 44 ans
  Doodle : C'est Halloween !

La shootbox

Pseudo :

Message :


Document sans titre
Après Tokyo, les concerts Live 8 poursuivent crescendo

dans la rubrique : Dans l'actualité - Sur le net : Manifs et concerts
par aNaKRoN67 le, 02-07-2005

LONDRES (Reuters) - Paul Mc Cartney et Bono ont accueilli par une reprise de "Sergeant Pepper's" les 200.000 spectateurs rassemblés pour l'édition londonienne du Live 8, deuxième des dix concerts organisés à travers le monde pour amener les dirigeants du G8 à combattre la pauvreté en Afrique.

Les premières notes de ce "concert mondialisé" ont été jouées à Tokyo par le groupe rock nippon Rize, devant une maigre assistance estimée à 5.000 personnes, avant que la chanteuse islandaise Björk ne double ce chiffre et lance véritablement la manifestation.

Le plateau prestigieux offert par la capitale britannique, avec U2, Coldplay, Madonna et un Pink Floyd reformé pour l'occasion, a obligé les organisateurs à mettre en vente 55.000 billets supplémentaires et à prolonger le concert de Hyde Park jusqu'à 21h30 (20h30 GMT).

"It was twenty years ago today" ("C'était il y a 20 ans"), ont entonné ensemble l'ancien Beatle et le charismatique chanteur de U2, suscitant ainsi une troublante réminiscence: celle du "Live Aid" de 1985, précédent concert de charité organisé par le rocker irlandais Bob Geldof, à l'initiative du Live 8.

Cette fois pourtant, il ne s'agit pas de récolter directement des fonds pour l'Ethiopie mais de faire pression sur les pays les plus industrialisés du monde avant le sommet du G8, du 6 au 8 juillet à Gleneagles (Ecosse).

MILLIARDS DE TELESPECTATEURS ?

"On ne vous demande pas de mettre la main à la poche mais on demande aux gens de lever le poing en l'air", a déclaré Bono.

"Le Mahatma Gandhi a libéré un continent, Martin Luther King a libéré un peuple, Nelson Mandela a libéré un pays. Donc ça marche - ils nous écouteront", a ajouté Geldof.

Les organisateurs ont tablé sur une mobilisation sans commune mesure, n'hésitant pas à parler de plusieurs milliards de téléspectateurs, et ont résumé l'équation en quelques mots: plus l'audience sera large, moins les dirigeants du G8 pourront l'ignorer.

"Dix concerts, 100 artistes, un million de spectateurs, deux milliards de téléspectateurs et un seul message: que ces huit hommes, réunis dans une pièce, empêchent 30.000 enfants de mourir chaque jour en raison de l'extrême pauvreté", résume le manifeste du Live 8.

Le Live 8 entre dans le cadre de la campagne baptisée "Make Poverty History" qui vise à obtenir le doublement de l'aide en faveur de l'Afrique, l'annulation de la dette et le démantèlement partiel des barrières douanières qui interdisent l'accès des produits africains aux marchés des pays riches.

En France, c'est le site de Versailles qui a été retenu et une trentaine d'artistes sont attendus, dont Placebo, The Cure, Dido ou encore Yannick Noah, Florent Pagny et Calogero.

A Moscou, les Pet Shop Boys sont les têtes d'affiche alors qu'à Berlin, 100.000 personnes se sont rassemblées près de la porte de Brandenburg pour écouter le groupe de rock "die Toten Hosen".

AUDIENCE DECEVANTE A JOHANNESBURG

L'initiative ne fait toutefois pas l'unanimité. Certains doutent notamment que les concerts aient une quelconque influence sur l'issue du G8.

"Attirer l'attention sur les problèmes de l'Afrique est une noble cause. Mais, au-delà, les solutions des stars sont suspectes", explique Franklin Cudjoe, membre du Centre ghanéen pour l'éducation, selon lequel l'aide financière vient d'abord renforcer des régimes corrompus.

D'autres doutent du bon déroulement de l'événement, d'une ampleur comparable aux Jeux olympiques en terme d'audience, alors que l'organisation en a été bouclée en huit semaines avec un budget estimé à 45 millions de dollars.

Certains, jusque dans les rangs des promoteurs, ont même exprimé des doutes quant au succès de l'opération dans certains pays. Seuls 3.000 à 4.000 spectateurs se sont pour l'instant rendus au concert de Johannesburg, bien loin des 40.000 attendus par les organisateurs.

Faute d'une affiche aussi prestigieuse que celle de Londres, Barrie, dans la banlieue de Toronto, table également sur une affluence modeste. A Rome, il a fallu attendre que Bob Geldof en personne apostrophe publiquement les ténors de la scène musicale italienne pour voir le programme s'étoffer.

L'ex-punk anobli par la reine a lui-même été mis en cause pour l'absence d'artistes africains sur les scènes occidentales. L'expression "apartheid culturel" a même été lâchée.

L'ancien président sud-africain Nelson Mandela, héros de la lutte contre l'apartheid, a cependant exprimé son soutien officiel au Live 8 dans une lettre à la presse:"Parfois il incombe à une génération d'être grandiose. Vous pouvez être cette génération-là."

source : www.yahoo.fr

poster un commentaire Poster un commentaire

 


| Contact | © 2004-2006 tropbontropcon - Webmasters Gold77 / aNaKRoN67 - 1 visiteur connecté - Qui est connecté ? | Page générée en 0.29 secondes.